بيانات صحفية / مواقف

Les chrétiens d'Orient parlent d'une seule voix   29/10/2013

Par

Dans ce climat de crise qui frappe le Moyen-Orient, les tensions religieuses n'ont jamais été aussi houleuses. En minorité dans la région mais indispensables pour sa stabilité, les différentes communautés chrétiennes se sont retrouvées à Raboué, au Liban, pour discuter de leur situation à risque et tenter de s'unir autour d'une seule voix. Le Point.fr a rencontré l'organisateur du congrès général pour les chrétiens d'Orient, le docteur Fouad Abou Nader, actuel président du parti libanais le Front de la liberté et ancien chef de la résistance chrétienne au Liban aux côtés de Bachir Gemayel.

Le Point.fr : Pourquoi avoir organisé un tel événement ?

Nous avons organisé ce premier congrès de l'Assemblée des chrétiens d'Orient pour plusieurs raisons. Avec les révolutions, les coups d'État, les guerres civiles et le terrorisme qui secouent des territoires qui s'étendent du Maroc jusqu'au Pakistan, nous, chrétiens d'Orient, devions nous réunir pour unifier notre vision, penser notre avenir dans cette région, évaluer nos relations avec les musulmans, qui nous considèrent parfois comme des citoyens de seconde zone. Au Moyen-Orient, la religion et l'État sont indissociables. Il est donc capital pour nous d'étudier nos rapports avec les institutions étatiques, de revendiquer nos droits et une véritable citoyenneté, d'analyser notre problème démographique ainsi que l'émigration touchant nos communautés et enfin de faire face ensemble aux menaces sur nos vies.

C'est la première fois qu'un tel événement est organisé. Comment l'expliquez-vous ?

Il s'agit d'un événement sans précédent en raison des divisions tant au niveau politique que religieux des chrétiens d'Orient. Il y a énormément de communautés différentes, rien qu'au Liban vous avez des orthodoxes, des maronites, des syriaques, des catholiques, des chaldéens, etc. On nous a trop souvent dit qu'en raison de nos divisions il n'y avait pas d'interlocuteur chrétien possible. Si vous ajoutez à cela la forte émigration qui nous frappe depuis des décennies et les pertes subies lors des conflits armés... Certains ont fait de nous les nouveaux Palestiniens, des gens en trop, indésirables dans cette région. Mais, historiquement, nous sommes les premiers habitants de ces terres et jamais nous ne les quitterons, quoi qu'il en coûte. Aujourd'hui, nous sommes nombreux à vouloir transformer nos divisions en diversité et à placer cette diversité dans un cadre uni. Je suis fier d'avoir pu rassembler avec mes collaborateurs tous les représentants des 14 Églises d'Orient dans une seule institution mixte comprenant des religieux de premier rang et des laïcs travaillant ensemble. Nous avons réunis des chrétiens venant de Turquie, d'Iran, de tout le Proche-Orient, d'Égypte et même du Maroc. C'est exceptionnel !

Comment voyez-vous l'avenir des chrétiens au Moyen-Orient ?

J'ai foi dans l'avenir des chrétiens au Moyen-Orient. J'utilise le terme "foi" et non pas "espoir". Je ne fais pas de pari, je suis sûr et confiant dans l'avenir des chrétiens au Moyen-Orient. Si certains pensent que nous sommes condamnés, moi je pense au contraire que la région est condamnée sans ses chrétiens. Nous nous devons de construire un observatoire qui va faire un monitoring précis de la situation des populations chrétiennes et élaborer des plans d'action qui comprendront plusieurs lobbies pour agir sur les centres de décision dans le monde.

Dans ce cas, quel rôle peuvent-il jouer dans la région?

Le chrétien a un important rôle à jouer. C'est d'ailleurs la principale question sur laquelle s'est penché le congrès et sur laquelle va travailler la commission de suivi qui a été créée. Dans l'histoire de la région, les chrétiens ont contribué à la culture, la littérature, aux langues, aux sciences et à la civilisation. Ils ont lutté de tout temps contre la discrimination et la violence à l'égard des femmes, pour les droits de l'enfant et les libertés de toutes les communautés, sans aucune exception. La communauté chrétienne est incontournable. En Jordanie elle représente de 4 à 6 % de la population du pays, mais elle couvre 30 % de sa force économique. Les coptes en Égypte sont 7 millions sur les 85 millions d'habitants et contrôlent près d'un tiers des richesses. Au Liban, les chrétiens - communauté à laquelle appartient le président - ont toujours veillé à ce que chaque citoyen puisse jouir de ses droits complets.

Les chrétiens d'Orient sont-ils abandonnés par l'Occident ?

Je pense que les gouvernements occidentaux ne prennent pas la mesure de ce qu'en France on appelait "la question des chrétiens d'Orient". Si l'islam a droit à une place en Occident, le christianisme a également droit à la sienne en Orient. Avec ce premier congrès, nous voulons porter haut et fort la question des chrétiens d'Orient en Europe et dans le monde. Nous demandons à être reçus et écoutés par les chefs d'État et de gouvernements, ainsi que par les ministres des Affaires étrangères et chefs des principaux partis d'opposition en Occident, à commencer par la France, avec qui nous avons des liens historiques très forts. Nous ne demandons pas de protection, nous ne voulons pas de protection de la part de l'Occident ou des musulmans dans le cadre de la dhimmitude. Nous exigeons une protection par l'État dans lequel nous vivons, au même titre que tout autre citoyen.

Comment convaincre l'Occident des enjeux autour des chrétiens d'Orient ?
Je répondrai par une autre question : comment réussir pacifiquement l'intégration de l'islam en Occident si, en Orient, le christianisme venait à disparaître par la force ? Les enjeux autour des chrétiens d'Orient les dépassent. Les enjeux sont le christianisme, le rapport avec l'islam, la liberté, l'égalité, l'humanité, le droit, la femme, l'enfant, le rôle de l'État de droit, la citoyenneté, le dialogue des cultures et des religions. En deux mots, l'avenir du monde est en jeu ! Si les chrétiens venaient à disparaître de l'Orient, préparez-vous en Occident à refouler la vague déferlante des islamistes. La France ne reçoit-elle pas déjà des menaces terroristes pour son implication dans les conflits malien, afghan, libyen et peut-être bientôt syrien ?


عودة

Fotbalove Dresy futbalove dresy na predaj maglie calcio online billige fotballdrakter billige fodboldtrøjer maillot de foot personnalisé